APPRENDRE 2.0 RETOUR AU MENU

Apprendre2.0 est un collectif regroupant plus de 2200 acteurs francophones [1] œuvrant principalement dans le monde de l’éducation et de la formation.

Notre projet est d’expérimenter et de comprendre l’impact des technologies sur la façon d’apprendre. En guise de fil rouge : l’idée que les technologies nous projettent dans une nouvelle ère, celle de l’ “apprendre à apprendre”, inscrivant ainsi les citoyens dans une culture de “société apprenante”[2] et d’apprentissage quantique au travers de ses réseaux.

Face aux bouleversements induits par le numérique, Apprendre2.0 représente, aujourd’hui et depuis son origine, pour ses membres et au delà, une sorte de modélisation d’Organisation apprenante appliquée au monde de l’éducation, de la formation et des réseaux sociaux, tentant de construire un Design évolutif et cohérent par rapport aux changements de Paradigme à l’œuvre.

Sommaire

  1. Historique
  2. Support technique
  3. Problématique
  4. Méthodes de travail
  5. Co-gestion
  6. Influence
  7. Lien externe
  8. Notes et références

Historique

Apprendre2.0 a été crée en août 2007 sous l’impulsion de Florence Meichel [3] à la suite d’une recherche-action sur les Réseaux Apprenants qu’elle avait entreprise dans le cadre de son parcours universitaire  [4]. Il s’agissait en somme pour elle de réinvestir sur un autre terrain d’action (le web et les réseaux sociaux en ligne) tous les apports de la prise de recul conceptuel.

La création d’Apprendre2.0 répondait à plusieurs préoccupations [5]

  • Développer collectivement une organisation apprenante en ligne
  • Démocratiser l’utilisation des NTIC pour les francophones dans le cadre de dispositifs d’apprentissage
  • Crédibiliser par l’action les démarches apprenantes
  • Placer les utilisateurs au centre des dispositifs de formation tout au long de la vie

Aspect technique

Une première phase de test, de développement et d’échanges sur une plate-forme propriétaire (Ning) s’est étalée de août 2007 à juillet 2011. Le collectif a ensuite décidé de prendre une nouvelle direction en terme d’autonomie et a choisi de travailler exclusivement sur des outils libres de droits. Il a ainsi mis en œuvre une nouvelle plate-forme, cette fois entièrement open source [6], construite sur un blog WordPress avec le plugin Buddypress. A noter que cette solution logicielle ne nécessite aucune dépense, seul son hébergement sur le web est payant.

Problématique

L’Émergence d’une culture numérique globale modifie profondément et durablement la façon dont nous accédons à l’information, à travers la Réalité augmentée, le Web sémantique, l’Internet des objets, les nouvelles formes d’Interaction homme-machine, l’Informatique ubiquitaire, etc.

La problématique [7] d’Apprendre2.0 consiste à comprendre comment transformer les informations ambiantes en savoirs et en connaissances pertinentes, tant sur le plan individuel, que sur le plan collectif, et donc comment apprendre à l’ère du numérique.

Apprendre2.0 tente d’apporter une réponse créative et durable en développant un type d’organisation apprenante articulée sur l’apprendre à apprendre [8] tout au long de la vie. A son échelle, Apprendre 2.0 c’est donc un Réseau d’échanges réciproques de savoirs en ligne, où l’on aborde des questions d’apprentissages à l’ère du numérique, et où l’on expérimente, réfléchit autour de ces échanges sur l’apprenance [9] en assumant pleinement la boucle auto-référentielle opérée par cette démarche.

Ici, les processus mettent en jeu des itérations continues entre formation formelle et formation informelle [10] et engagent les apprenants dans un entrelac d’approches cognitives : Cognitivisme, Connexionnisme, Constructivisme , Socio-constructivismeÉnaction, etc.. Les boucles rétro-actives constituent les régulations auto-organisatrices de cette démarche (théorie de l’Auto-organisation).

Méthodes de travail

Comme dans la plupart des réseaux sociaux, les membres de Apprendre2.0 se retrouvent sur cet espace-temps pour :

  • Publier, commenter un article sur un sujet, une idée, un questionnement qui les intéresse en lien plus ou moins direct avec l’apprenance
  • Lancer ou prendre part à une discussion au sein d’un forum
  • Partager un travail de veille quotidienne sur des problématiques d’apprentissage (Ce travail de veille a d’ailleurs été analysé dans la thèse doctorale soutenue par Michèle Drechsler sur la thématique « Les pratiques du socialbookmarking dans le domaine de l’éducation  » [11]) : « Les extraits des interviews nous montrent que le Socialbookmarking aide à prendre des décisions, à se repérer, à apprendre à apprendre. » écrit Michèle Drechsler (page 224).
  • Collaborer sur des projets spécifiques au travers de groupes de travail thématiques comme ceux dédiés au Générateur Poïétique, aux organisations apprenantes ou à « Moodle et Environnement d’apprentissage 2.0″
  • Former et/ou recevoir une formation entre pairs au sein du collectif (logique des réseaux d’échanges réciproques de savoirs)
  • Promouvoir un service ou un évènement qui présente un intérêt particulier pour la communauté d’apprentissage…etc…

Les « raisons » qui rassemblent les membres sont exposés en 10 points via l’article Pourquoi participer à Apprendre 2.0 ?

Cette participation aux activités « classiques » en réseau permet à chacun des membres de se tenir au courant de l’actualité ou des nouveautés, de croiser des pairs ou des gens porteurs de visions innovantes, de valider des idées ou d’en découvrir de nouvelles. etc… Au fil des conversations médiées par l’outil technique, émergent d’autres formes, d’autres idées qui vont retenir l’attention du collectif (ou pas), et vont êtres reconnues comme un signe faisant sens pour chacun et/ou pour tous (ou pas). On se situe ici dans des dynamiques qui relèvent des phénomènes d’intentionnalité émergente telle qu’a pu les décrire Francisco Varela [12] et dont le Générateur Poïétique en constitue une modélisation.

Au delà de cela, l’ensemble de ces activités constitue le terreau expérientiel fondamental à partir duquel les membres du réseau apprennent à prendre du recul et à réfléchir sur leurs propres pratiques d’apprentissage, afin de les faire évoluer de façon pertinente (apprentissage en double boucle [13]). Chemin faisant, cette mise à distance réflexive permet la construction autonome d’invariants liés à l’apprendre à apprendre. Et c’est précisément cette nouvelle compétence cognitive, relevant de l’individuation et de la transindividuation, qui va pouvoir être réinvestie sur le plan individuel ou collectif et va être transférée dans d’autres situations d’apprentissage.

À noter que dans un contexte de perspective numérique [14], la légitimité des dispositifs éducatifs sera vraisemblablement de plus en plus adossée et estimée à l’aune de ces dynamiques méta-cognitives.

Co-gestion

Apprendre2.0 est une Association de fait, cofinançant ses frais de fonctionnement [15], indépendante de toute entreprise, institution ou prescripteur quelconque. La participation y repose sur le bénévolat et la liberté. L’inscription est ouverte et libre.

Quelques règles de vie communes structurent les relations entre les membres [16] : le respect de chacun, la gestion strictement localisée de l’espace promotionnel et le suivi de la ligne éditoriale tournée vers l’apprenance en constituent les critères modération. Celle-ci se fait toujours à posteriori des publications et relève de la responsabilité d’une équipe de co-administrateurs [17].

Enfin, la forme du leadership est très étroitement associée au design de sa plate-forme de travail. Elle évolue naturellement vers des formes plus distribuées et plus participatives, au fur et a mesure que le collectif chemine vers des démarches d’émancipation.

Influence

Aujourd’hui, le site Apprendre2.0 fait partie des référents historiques sur la question de l’apprentissage en réseau. Il a été plusieurs fois cité en tant qu’exemple :

- Par des professionnels de la formation et des nouvelles technologies :

- Par des organismes indépendants et reconnus dans le monde de l’éducation et de la formation :

- Dans des listes de référents en tant que réseau apprenant :

Enfin, Apprendre2.0 aura sans doute inspiré des initiatives institutionnelles telles que le réseau Respire, le MOOC itypa (Tout y est pour apprendre) ou les réseaux apprenants de l’Alliance Française en Inde sous l’impulsion de David Cordina https://www.youtube.com/watch?v=RqEXkPTZqPIhttp://india.salledesprofs.org/blog/reseaux-francophones-en-ebullition/

Notes et références


[1] Liste des membres du réseau Apprendre2.0 – http://apprendre.2point0.org/members/

[2] Les dynamiques qui sont en jeu ont déjà fait l’objet de réflexions philosophiques (Yvan Illich (Une société sans école – Paris – Seuil – 1971 / Article Transnets sur Education2.0 http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/06/28/education-20-la-fin-des-ecoles/ ) voir d’études telles que celles menées par Kurt Lewin (1975, Psychologie dynamique – les relations humaines, Paris, P.U.), Chris Argyris et Donald Schön (1978, Organizational Learning: A Theory of Action Perspective, published by Addison Wesley Publishing Company) ou par Peter Senge (2000, La 5ème discipline. Peter Senge et Alain Gautier, Editions First). L’apport des technologies n’est pas neutre : elles accélèrent, amplifient, modifient les perspectives tout comme les processus d’Intelligence collective et de transformations identitaires (Transformative learning – http://en.wikipedia.org/wiki/Transformative_learning ) analysés à la lumière des notions d’individuation (Gilbert Simondon – L’individuation à la lumière des notions de forme et d’information, Millon Ed., 2005 ) et de transindividuation (Bernard Stiegler, Transindividuation sur le site Ars Industrialis : http://arsindustrialis.org/vocabulaire-ars-industrialis/transindividuation. )

[4] Master Formateur/Consultant en Sciences et Techniques (2003) – partie théorique du mémoire professionnel de Florence Meichel, sous la direction de Michel Rebinguet (philosophe et systémicien) http://reseaux-apprenants.blogspot.co.uk/. A noter que Michel Rebinguet est co-auteur de 3 ouvrages : L’Audit de l’établissement scolaire http://books.google.fr/books?vid=ISBN2-7081-1159-0 – Éthique et pratique de l’audit : le cas des audits de formation http://books.google.co.uk/books/about/Ethique_et_pratique_de_l_audit.html?id=QKVmAAAACAAJ&redir_esc=y – Conduire un audit à visée participative http://www.eyrolles.com/Entreprise/Livre/conduire-un-audit-a-visee-participative-9782850086397

[6] Olivier Carbone – Refonte du réseau Apprendre2.0 http://apprendre.2point0.org/refonte-du-reseau-apprendre-20/

[7] « Le monde numérique selon Florence Meichel » – interview Centrale Marseille : http://centraliens-marseille.fr/archive/2009/10/30/le-monde-numerique-selon-florence-meichel.html

[8] A. Giordan et J. Saltet, Apprendre à apprendre (Librio) 2007

[9] P. Carré – L’apprenance : vers un nouveau rapport au savoir – (Dunod) – 2005

[11] Veille du collectif Apprendre2.0 pris comme groupe d’étude pour la thèse doctorale de Michele Drechsler (Page 201 et suivantes) http://www.ict-21.ch/com-ict/IMG/pdf/Drechsler-Michele-LMZ0914_1.pdf

[12] Les organisations apprenantes – Le point de vue de Francisco Varela et Jeanne Mallet lors du colloque de mai 1995 organisé sur ce thème à l’Université de Provence, à Aix – Approches de l’intentionnalité : de l’intentionnalité aux groupes sociaux – Francisco J. VARELA – http://lambesc.educaix.com/cvmallet/dossier_texte/textesmallet/ouvrages/developpementpersonneetorg/txt_dpdo/dpdo06.htm

[13] Apprentissage en double boucle – Illustration – http://apprendre.2point0.org/lidentite-cest-quoi/

[14] Perspective numérique selon Olivier Auber – http://perspective-numerique.net/wakka.php?wiki=Home

[16] Charte d’utilisation http://apprendre.2point0.org/charte/

[17] Co-administrateurs :